Bienvenue, visiteur !   Inscription   Connexion

L’Histoire Oubliée sur l’Achat et la Vente de Cheveux dans l’Europe du XIXe et du XXe Siècle

    Histoire    21 octobre 2021

Cet article relate des faits historiques autour du commerce de cheveux humains au 19° et 20° siècle. C’est la traduction d’un essai d’Emma Tarlo, une des rares anthropologues à avoir étudié et documenté ce commerce.

Article initialement publié en anglais dans le Smithsonian Mag en novembre 2016.

La mondialisation a touché le commerce des cheveux il y a plusieurs siècles, et ce secteur est toujours en plein essor.

En 2016, une femme de l’Ohio qui se fait appeler Shelly-Rapunzel a vendu 96 cm (38 pouces) de ses longs cheveux bruns pour 1800 dollars sur une plateforme américaine spécialisée. « Tout l’argent va aux rendez-vous chez le médecin qui doivent être payés d’avance« , disait-elle.

Elle n’est pas la seule. Le site web regorge de femmes qui vendent leurs cheveux aux enchères au plus offrant. Et toutes ne racontent pas des histoires de misère : certaines veulent simplement changer de coiffure ; d’autres le font pour récolter des fonds à des fins spécifiques telles que l’éducation ou la charité ; d’autres encore sont des habituées qui recyclent leurs cheveux tous les deux ans pour gagner un peu plus d’argent.

En tant que vendeuse de cheveux dont l’identité est au moins un peu connue, Shelly-Rapunzel est une anomalie dans un monde largement anonyme. La collecte de cheveux humains est surtout un commerce de coulisse dont les personnes extérieures au métier ne savent pas grand-chose. Les transactions de ce type, où des individus négocient de bonnes affaires pour leurs cheveux, ne représentent qu’une infime partie du commerce des cheveux humains, qui se chiffre en milliards de dollars. Mais le commerce lui-même a une longue histoire.

La plupart des cheveux destinés à la fabrication de perruques et d’extensions sur le marché mondial actuel sont collectés en vrac par des intermédiaires dans des contextes où les vendeurs et les acheteurs de cheveux appartiennent à des mondes sociaux et économiques différents.

La plupart des cheveux sont collectés dans les pays asiatiques en échange de sommes d’argent modestes. Lorsque les cheveux arrivent sur le marché, ils sont généralement séparés non seulement de la tête de la femme qui les a vendus, mais aussi de leur lieu d’origine.

Même les commerçants qui vendent des extensions de cheveux et des perruques en savent très peu sur la façon dont ils ont été récoltés, à moins qu’ils ne se donnent la peine de les collecter eux-mêmes ou qu’ils ne travaillent pour une grande entreprise spécialisée avec un département consacré à l’approvisionnement en cheveux. Des étiquettes telles que brésilien, péruvien, indien, européen, euro-asiatique et mongol ornent les paquets de cheveux, mais elles fonctionnent souvent plus comme des promesses exotiques de variété que comme des indicateurs de l’origine des cheveux.

Couverture du livre Enchevêtrement : La vie secrète des cheveux d’Emma Tarlo

Ce n’est pas nouveau. Les cheveux sont depuis longtemps en circulation dans le monde entier et leur origine est souvent occultée au moment où ils arrivent sur le marché. Par conséquent, les descriptions de la récolte des cheveux, qu’elles soient historiques ou contemporaines, tendent à être relatées comme des découvertes inattendues d’un monde secret.

« Ce qui m’a le plus surpris« , écrit Thomas Adolphus Trollope à propos de sa visite à une foire de campagne en Bretagne, en France, en 1840 (voir ici pages 322 à 324), « ce sont les opérations des marchands de cheveux. Dans la foule hétéroclite, il y avait trois ou quatre acheteurs différents de cette marchandise, qui parcourent le pays dans le but d’assister aux foires et d’acheter les tresses des paysannes…. J’aurais pensé que la vanité féminine aurait fini par empêcher un tel trafic de se poursuivre dans une certaine mesure. Mais il ne semblait y avoir aucune difficulté à trouver des propriétaires de belles chevelures parfaitement disposés à les vendre. Nous avons vu plusieurs jeunes filles tondues l’une après l’autre comme des moutons, et autant d’autres se tenant prêtes pour la tonte, avec leur bonnet à la main, et leurs longs cheveux peignés qui pendaient jusqu’à leur taille. »

Les ventes de cheveux dans les villes et villages français prenaient même la forme de ventes aux enchères publiques, comme l’illustre et le décrit graphiquement le Harper’s Bazaar en 1873 (voir ici page 451).

Vente aux enchères de cheveux sur place publique, France, 1873

Foire au cheveux dans un village français en 1873

Une plate-forme est érigée au milieu de la place du marché, sur laquelle les jeunes filles montent à tour de rôle, et le commissaire-priseur vante sa marchandise et fait des appels d’offres. L’une offre quelques mouchoirs en soie, une autre une douzaine de mètres de calicot, une troisième une magnifique paire de bottes à talons hauts et ainsi de suite. Enfin, les cheveux sont proposés au plus offrant, la jeune fille s’assoit sur une chaise et se fait tondre sur place. Parfois, ce sont les parents eux-mêmes qui concluent le marché autour d’une bouteille de vin ou d’une chope de cidre.

L’ampleur de la collecte de cheveux à cette époque est considérable, même si les descriptions semblent parfois exagérées. Il y a un marché de cheveux humains dans le département des basses Pyrénées, qui se tient tous les vendredis », rapporte le San Francisco Call en février 1898. « Des centaines de marchands de cheveux parcourent l’unique rue du village, leurs cisailles pendues à leur ceinture, et inspectent les tresses des paysannes, debout sur les marches des maisons, laissées à terre pour l’inspection. » La Bretagne a fini par interdire la coupe de cheveux en public afin d’empêcher que cette pratique ne devienne un divertissement public, obligeant les « coupeurs » locaux à dresser des tentes lors des foires.

Un grand nombre de collecteurs et de cultivateurs de cheveux

Il fallait un grand nombre de collecteurs et de cultivateurs de cheveux pour fournir les 12 000 livres (5443 kilos) de cheveux humains dont on disait avoir besoin chaque année pour les postiches en Europe et aux États-Unis. La majeure partie de ces cheveux provenait de Suisse, d’Allemagne et de France, tandis que d’autres provenaient d’Italie, de Suède et de Russie.

On rapporte que des « fermiers hollandais » collectent les commandes de cheveux en Allemagne une fois par an ; des paysannes d’Europe de l’Est cultivent leurs cheveux dans le même but économique que de semer du blé ou des pommes de terre. Des colporteurs de cheveux en Auvergne, en France, offraient aux femmes des avances sur les récoltes futures et des marchands italiens paradaient dans les rues de Sicile à la recherche d’une bonne récolte.

Ces récits donnent une impression d’abondance, suggérant que les cheveux pouvaient être récoltés comme n’importe quelle autre culture à la saison appropriée. En réalité, le cheveu humain a toujours été difficile à récolter, non seulement parce qu’il dépend de la volonté des gens de le vendre, mais aussi parce qu’il pousse très lentement. Il faut un an pour obtenir une récolte de 10 à 15 cm, une longueur insuffisante pour la fabrication de perruques et d’extensions de cheveux (voir ici pour comprendre la croissance et le renouvellement des cheveux).

Il faut au moins deux ans pour obtenir une récolte décente, et au moins quatre ans pour obtenir des longueurs réellement intéressantes de 20 pouces (50 cm) et plus. Les cheveux longs exigent de la patience de la part des cultivateurs et des collectionneurs. C’est pourquoi, au XIXe siècle, les colporteurs de cheveux proposaient souvent aux femmes des paiements anticipés pour des cheveux à récupérer trois ou quatre ans plus tard.

Mais lorsque les paysannes européennes ont commencé à se rendre dans les villes et à y trouver un emploi de femme de ménage ou autre, elles ont été attirées par la mode bourgeoise et ont commencé à vouloir porter des chapeaux nécessitant des cheveux détachés. Certaines résolvaient le problème en ne vendant ou en troquant qu’une petite section de cheveux, coupée dans la partie inférieure de la tête. De cette façon, elles pouvaient se satisfaire, ainsi que leurs maris, d’avoir conservé des cheveux longs, tout en ayant accès aux babioles de luxe qui étaient offertes en échange.

Cette technique d' »éclaircissement » des cheveux était autrefois courante chez les ouvrières en Grande-Bretagne et continue d’être pratiquée aujourd’hui par des femmes pauvres dans certains pays asiatiques. Les réserves de cheveux étaient encore renforcées par la collecte des peignes, constitués de cheveux tombés récupérés sur les brosses ou dans le caniveau. Aujourd’hui encore, les boules de déchets de peignes sont collectées au porte-à-porte en Inde, en Chine, au Bangladesh et au Myanmar, en échange de petites sommes d’argent ou de menus objets.

Au moment où les paysans français abandonnaient leurs bonnets au début du siècle, les femmes de l’élite adoptaient des coiffures et des chapeaux de plus en plus grandioses, qui nécessitaient tous plus de cheveux ajoutés. Certains chapeaux édouardiens étaient si larges qu’ils nécessitaient de grandes quantités de rembourrage supplémentaire, appelé « rats », pour les maintenir en place. Ces « rats » étaient souvent faits de cheveux humains. Mais où pouvait-on se procurer tous ces cheveux ?

Un intérêt croissant pour le marché asiatique dès le 19e siècle

Les sources institutionnelles en Europe ont fourni une partie des besoins. En Grande-Bretagne, la coutume de couper les cheveux des détenus dans les prisons, les hospices et les hôpitaux a été utile au commerce des cheveux tant qu’elle a duré, mais dans les années 1850, cette pratique n’était plus obligatoire. Les couvents étaient une source plus fiable, surtout dans les pays catholiques comme la France, l’Espagne et l’Italie, où les cheveux étaient cérémonieusement coupés sur la tête des novices dans le cadre du rituel de renoncement au monde et de consécration au Christ. Aujourd’hui, les temples hindous du sud de l’Inde offrent une source importante de cheveux longs qui ont été rasés directement sur la tête des dévots en accomplissement de vœux religieux.

Un couvent aurait vendu plus d’une tonne de « cheveux d’église » pour 4 000 £ dans les années 1890, tandis qu’un autre près de Tours aurait vendu 80 livres (36 kilos) de cheveux humains à un seul coiffeur de Paris. Mais ces approvisionnements ne pouvaient pas satisfaire la demande vorace. Les marchands de cheveux ne tardent pas à se tourner vers d’autres horizons.

« Un odieux trafic de cheveux de femmes est pratiqué« , écrit un journaliste sur la famine et l’inanition parmi la paysannerie russe en 1891. Des images similaires de nécessité sont évoquées dans la description d’un marchand de cheveux distribuant les cartes de visite des marchands de cheveux de New York aux migrants européens qui embarquent sur des bateaux à vapeur pour l’Amérique. Ce démarchage était strictement interdit à Ellis Island et à Battery, où les immigrants arrivaient et où des gardes étaient placés pour empêcher une telle activité. Néanmoins, au début des années 1900, quelque 15 000 écheveaux de cheveux auraient été coupés chaque année directement sur la tête des immigrants récemment arrivés.

Des ouvrières fabriquent des perruques destinées à être exportées dans une usine de produits capillaires de la province chinoise du Sichuan. Qiu haiying - Imaginechina/AP
21e siècle…. Dans la province chinoise du Sichuan, des ouvrières fabriquent des perruques destinées à l’exportation. Crédit : Qiu haiying – Imaginechina/AP

« Une tentative a été faite pour ouvrir un commerce profitable avec le Japon ; mais bien que les jeunes filles japonaises soient prêtes à vendre leurs cheveux, on a constaté qu’ils ressemblaient trop à du crin de cheval pour convenir au marché anglais« , rapporte le Daily Alta California en 1871. Les Coréens, quant à eux, ignoraient tout du marché d’exportation et utilisaient plutôt leurs cheveux pour fabriquer des cordes et des tapis de selle pour les ânes. La Chine, cependant, s’est avérée être une source plus fructueuse de cheveux pour les marchands européens et américains. La plupart d’entre eux étaient constitués de peignes recueillis sur les longues tresses ou la queue des hommes chinois.

Une description des cheveux au marché du cheveu de Londres à Mincing Lane en 1875 révèle les évaluations hiérarchiques de l’époque :

« La plus grande partie de ces cheveux vient de Chine, ils sont noirs comme du charbon et grossiers comme des fibres de coco, mais d’une longueur magnifique…. Des experts qualifiés pèsent et palpent les longues tresses, mais les quittent bientôt pour examiner les différentes nuances et qualités d’une balle de laine européenne de choix, qui vaut dix, voire onze fois plus que la chinoise.« 

Un commerce toujours en plein essor au 20e siècle

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a marqué la fin d’une ère de collecte de cheveux frénétique et vorace. L’austérité du temps de guerre rendait inapproprié le port de coiffures fantaisistes et volumineuses. Elle a également affecté l’approvisionnement en cheveux et en main-d’œuvre. En France, de nombreux posticheurs et coiffeurs qualifiés ont été recrutés dans l’armée, laissant les femmes entrer dans le métier pour la première fois. Cependant, elles n’avaient pas les compétences et l’expérience nécessaires pour fabriquer et entretenir des coiffures élaborées.

Les priorités européennes ont commencé à changer, les gens se ralliant à l’effort de guerre. On raconte même que des femmes allemandes offraient leurs cheveux pour en faire des courroies de transmission pour les sous-marins. En Grande-Bretagne, les femmes qui s’engagent dans l’armée de terre optent pour le bob, plus pratique et relativement libérateur. L’apogée des cheveux longs est provisoirement terminée.

Aujourd’hui, le commerce des cheveux humains est à nouveau florissant, alimenté par la vogue des extensions et des perruques. Comme le marché du passé, il repose toujours sur un écart de richesse, d’opportunités ou de valeurs entre ceux qui sont prêts à se séparer de leurs cheveux et ceux qui finissent par les acquérir. Ce n’est pas un hasard si la grande majorité des cheveux qui entrent sur le marché mondial aujourd’hui sont noirs au moment de leur entrée. Les cheveux circulent plus librement à partir des endroits où les opportunités économiques sont rares.

Lorsque la Corée du Sud est devenue un centre de fabrication de perruques dans les années 1960, elle comptait en partie sur sa propre population pour s’approvisionner en cheveux, mais lorsque sa richesse a augmenté dans les décennies qui ont suivi, elle s’est tournée vers les femmes chinoises pour s’approvisionner. Lorsque la richesse de la Chine a augmenté, le commerce s’est étendu à l’Indonésie et, aujourd’hui, des collecteurs de cheveux sont actifs au Cambodge, au Vietnam, au Laos, en Mongolie et au Myanmar. La rumeur veut que des cheveux traversent également les frontières depuis la Corée du Nord, malgré les risques liés à leur vente – nouvelle incarnation d’une industrie encore secrète.

Article source en anglais à consulter sur le site du Smithsonian Magazine. Emma Tarlo est professeur d’anthropologie à l’université de Goldsmiths, Londres, et autrice de ENTANGLEMENT : The Secret Lives of Hair.

Vous pouvez réagir en commentaires.

 

178 vues au total, 4 vues aujourd'hui

  

  • Myvitamins Biotin - 30Comprimés
    Qu'est-ce que la Biotine ? La biotine fait partie des vitamines du complexe B que l'on trouve naturellement dans les œufs, le saumon et les légumes-feuilles. Cette vitamine hydrosoluble joue un certain nombre de rôles fabuleux dans l'organisme. Pourquoi utiliser la Biotine ? La biotine contribue au fonctionnement normal du système nerveux, au métabolisme énergétique et au maintien d'une peau et de cheveux normaux. En plus de ces bienfaits étonnants, la biotine contribue également au fonctionnement psychologique normal de l'organisme, ce qui vous permet de garder le contrôle de votre santé cognitive. Qui peut en bénéficier ? La biotine est un excellent complément pour ceux qui cherchent à augmenter leur apport en vitamine B et luttent pour le faire à partir de sources alimentaires. À consommer dans le cadre d'une alimentation variée et équilibrée et d'un mode de vie sain.
  • BIOTINE | Sans Excipient | Accélère la Pousse des Cheveux & Ongles | Avec Vitamine B8, Pépins de Courge, Zinc et Sélénium | 120 Gélules Vegan | Fabrication Française | Nutrimea
    LES SECRETS BEAUTE DE LA BIOTINE ✦ Surnommée vitamine H, B7 ou encore B8, la biotine est essentielle à notre organisme. Un manque de biotine abime le cheveu et provoque des problèmes de peau. La biotine est l’allié beauté n°1 : elle renforce les ongles, est efficace contre la chute des cheveux et rend la peau éclatante ! UNE SYNERGIE UNIQUE ✦ Afin d'accroître son efficacité, notre Biotine est enrichie en Zinc et en Sélénium. Ces actifs sont ajoutés pour leurs effets préventifs et curatifs. Leur association au sein du complément permet de démultiplier leurs bienfaits en apportant les nutriments et minéraux nécessaires pour favoriser la pousse des cheveux. NOUVELLE FORMULE SANS EXCIPIENT ✦ Pour des effets encore plus visibles, notre Biotine est maintenant enrichie en pépins de courge, un actif naturel reconnu pour limiter la perte des cheveux et leur faire retrouver de la brillance ! Pour bénéficier d’un résultat optimal, nous vous conseillons une cure de 4 mois. EXPERTISE FRANÇAISE ✦ les produits Nutrimea sont conçus en France par notre département R&D. Pour vous proposer les meilleurs compléments alimentaires, Nutrimea s'appuie aussi sur un comité de 5 experts reconnus dans les domaines de la médecine, de la recherche, de la traçabilité. Nos produits sont fabriqués en France et sont certifiés ISO 22000, HACCP et BPF. LA PROMESSE NUTRIMEA ✦ Notre formule repose sur une sélection rigoureuse des meilleurs ingrédients afin de vous proposer un produit plus complet qui agit en profondeur. Notre Biotine est élaborée de la façon la plus pure possible : sans OGM, sans gluten et sans excipient.
  • Luxeol Luxéol Chute de cheveux réactionnelle - 90 gélules
    Chute de cheveux réactionnelle est un complément alimentaire à base de plantes, L-cystéine, L-méthionine, minéraux et vitamines, pour aider dans le cas de chute de cheveux et aider à les fortifier.La Capillaire de Montpellier aide à prévenir la chute de cheveux.L'eschscholtzia aide à faire face calmement au stress d'un style de vie actif.La vitamine B6 contribue à réduire la fatigue, à réguler l'activité hormonale et à la synthèse normale de la cystéine.La prêle des champs améliore l'état et favorise la croissance et la fortification des cheveux.Le zinc, le sélénium et la biotine contribuent au maintien de cheveux normaux.Fabriqué en France.
  • Luxéol Pousse Croissance & Fortification 3 mois, Favorise la Pousse des Cheveux, Complément Alimentaire, 90 Gélules
    TRIPLE ACTION : 1. La roquette participe à la stimulation du bulbe capillaire et favorise la pousse des cheveux. 2. La prêle des champs améliore l'état et favorise la croissance et la fortification des cheveux 3. La vitamine B8, le sélénium et le zinc contribuent au maintien de cheveux normaux. POUR TOUS : Luxéol Pousse Croissance & Fortification s'adresse aux hommes et aux femmes. MADE IN FRANCE : Fruit d’années de recherche et de développement, Luxéol Pousse Croissance & Fortification est conçu avec soin et fabriqué en France en laboratoire spécialisé. Un complément alimentaire aux multiples actions ! GÉLULE VÉGÉTALE : Le complément alimentaire Luxéol se présente sous la forme d’une gélule avec enveloppe d’origine végétale. Sa composition résulte d’un mélange de plantes, vitamines et minéraux. Une composition de qualité pour des cheveux en bon état ! PROGRAMME 3 MOIS : Le programme Luxéol 3 mois (1 gélule par jour) offre une action qui agira sur la croissance et fortification des cheveux grâce à la prêle des champs. Le programme convient pour tout type de cheveux.
  • Huile de ricin pour transmission à engrenages en bronze. Vis sans fin. 2L.
    Marque: UNIL OPAL Conditionnement par carton: 12 Conditionné/vrac: conditionné Description f: Huile de ricin pour transmission à engrenages en bronze, type vis sans fin. Viscosité cinématique 233 mm2/s à 40°C. Info complémentaire: HUILES POUR MOTEURS 2 & 4 TEMPS POUR TRANSMISSIONS - POUR TRONÇONNEUSES Litrage: 2 l Type f: Huile de transmission
  • 50ml Huile de Ricin Bio, Pressée à froid, Pure - Soin 100% Naturel stimule et fortifie la pousse des cheveux, barbe, cils, sourcils, ongles, cuticules et peau - Bouteille en verre, pinceau et brosse
    ✅ HUILE DE RICIN BIOLOGIQUE ET VEGAN: Notre Huile de ricin bio est pressée à froid pour conserver l’entièreté de ses bienfaits. Elle est 100% Pure et Naturelle. Sans conservateur, sans parfum et sans paraben, simplement de l’huile de Ricin à l’état brut. 🌿 STIMULE ET FORTIFIE : La croissance des cheveux, de la barbe, des cils, des sourcils, des ongles. L’huile de ricin a un pouvoir fortifiant et purifiant naturel qui garantit une pousse saine. 🌿 HYDRATANTE ET ÉMOLLIENTE : Appliqué sur la peau, l’huile végétale de ricin pénètre et nourrit l’épiderme. Elle limite la perte naturelle en eau de la peau et prévient sa déshydratation. 🌿 PINCEAU + BROSSE À CILS/SOURCILS + SAC EN TISSU avec chaque bouteille, pour faciliter l’application sur vos ongles, cuticules, cils et sourcils. 🇫🇷 EMBOUTEILLÉ EN FRANCE : Nos valeurs portent sur la qualité du produit et le respect de l’environnement c’est pour cela que nous travaillons au plus proche pour vous garantir le meilleur. La mise en bouteille est réalisée en France et nos bouteilles en verre sont fabriquées en Europe.

Ajouter un commentaire

  • L'Histoire Oubliée sur l'Achat et la Vente de Cheveux dans l'Europe du XIXe et du XXe Siècle

    par le 21 octobre 2021 - 0 Commentaires

    Cet article relate des faits historiques autour du commerce de cheveux humains au 19° et 20° siècle. C’est la traduction d’un essai d’Emma Tarlo, une des rares anthropologues à avoir étudié et documenté ce commerce. Article initialement publié en anglais dans le Smithsonian Mag en novembre 2016. La mondialisation a touché le commerce des cheveux […]

  • Les dérives du commerce mondial de cheveux aujourd'hui : entre vanité et pauvreté

    par le 6 novembre 2021 - 0 Commentaires

    Traduction et adaptation d’un billet de blog allemand publié en juillet 2018 sur le site zwischenbetrachtung.de Contenu partagé pour votre information et votre culture personnelle. Soyeux, colorés, bouclés et résistants : le plus grand entrepôt de cheveux humains d’Europe, situé à Madrid, propose des produits pour tous les goûts. Le commerce des vrais cheveux humains […]

  • Le Commerce de Cheveux en France en 1869

    par le 21 octobre 2021 - 0 Commentaires

    Traduction de l’article « The trade in human hair » publié le 27 mars 1869 dans le Scientific American Auteur inconnu Le commerce du cheveu humain est devenu assez important […], d’autant plus qu’il a été jugé à la mode de remplacer par de faux cheveux, les déficiences, réelles ou supposées, de la nature à cet égard. […]

  • Quels sèche-cheveux acheter pendant le black Friday ?

    par le 26 octobre 2021 - 0 Commentaires

    Se laver et se sécher les cheveux fait partie de la routine capillaire de tout le monde, hommes et femmes. Sauf que le choix de l’appareil est d’une grande importance, notamment pour garantir un soin de bonne qualité. Il existe toute une panoplie de sèche-cheveux sur le marché en ce moment. A l’occasion du black […]

  • Les Cheveux Humains comme Marchandise dans les Pays Nordiques, 1870-1914

    par le 25 octobre 2021 - 0 Commentaires

    Traduction d’une étude sur les cheveux humains comme marchandise à travers le commerce mobile dans les pays nordiques entre 1870 et 1914. Résumé : À partir de 1870, les journaux nordiques ont observé une augmentation du commerce de cheveux humains dans toute la région. Cet article examine les raisons de ce boom soudain, les groupes […]

Blog Categories

Ils ont testé JeVendsMesCheveux.com